Test d'évaluation d'une dépression

Fiches pratiques

Bulle grise

En 2016, 8,9% personnes assurées au Régime Général ont reçu au moins 3 délivrances d’un psychotrope (1).

Chaque année en moyenne, 2 400 habitants des Pays de la Loire ont été admis en ALD pour troubles dépressifs (2). Un quart des ligériens de 17 ans présenteraient une tendance dépressive en 2014 (3).

Sur le 2ème semestre 2018, 5 467 évaluations d’une dépression ont été cotées par les médecins généralistes des Pays de la Loire. 19 % de ces médecins cotent au moins une fois dans l’année cet acte(2).

COTATION

Code : ALQP003
Tarif : 69,12 €

La facturation comprend le diagnostic initial ou l’examen annuel de contrôle le cas échéant.

 

Pour le calcul des cotations en quelques clics, rendez-vous ici.

INDICATIONS

Il est recommandé de pratiquer un test d’évaluation d’une dépression pour :
• estimer la sévérité d’un état dépressif caractérisé,
• confirmer la nécessité d’un traitement.

Devant une situation clinique évocatrice d’un épisode dépressif caractérisé (EDC : léger, modérer ou sévère), il est recommandé d’utiliser un questionnaire d’évaluation afin de prescrire à bon escient un traitement antidépresseur.

L’intérêt d’un traitement antidépresseur se justifie uniquement lorsque l’EDC est modéré ou sévère (4).

On doit retrouver dans le dossier médical du patient :

• le compte rendu mentionnant l’indication médicale (ex : dépression),
• le test réalisé (ex : Hamilton),
• le résultat (ex : score de l’échelle Hamilton)
• la conclusion (ex : EDC sévère, prescription d’un antidépresseur)

AIDE PRATIQUE

REALISATION DE L’ACTE

 

Plusieurs échelles d’évaluation de l’EDC sont disponibles en médecine générale et autorisent la cotation de l’acte
ALQP003 : Hamilton, beck (auto-évaluation), MADRS, MMPI et STAI.

 

INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS

 

Il est recommandé de surveiller étroitement le patient par des consultations régulières, plus particulièrement en début de traitement antidépresseur (notamment au bout de la première semaine puis de la deuxième semaine de traitement).

Il est souhaitable que la durée totale du traitement antidépresseur d’un épisode dépressif caractérisé se situe entre 6 mois et 1 an après rémission, dans le but de prévenir les rechutes.

Une vigilance est nécessaire lorsque l’on traite des patients très âgés (> 75 ans)(4).

 

LE CONSEIL EN +

 

Certains antidrépresseurs sont contre-indiqués chez les patients porteurs d’un allongement de l’intervalle QT.
Il est préconisé de réaliser un électrocardiogramme avant la prescription de ces médicaments (citalopram, escitalopram)(5).

 

image de l'article

Ⓒ Copyright 2020 - Site réalisé par LATELIER